Blog :

Motoservices.com teste les gants chauffants V’Quattro Quantum

Motoservices.com teste les gants chauffants V’Quattro Quantum

Peur du froid ?

Il y a des fois, en hiver, où l’on se voit bien tordre le cou au froid, se téléporter aux Maldives ou avoir le super pouvoir de La Torche des 4 Fantastiques… C’est généralement à ce moment que le réveil sonne. Et qu’il faut aller se mettre dans le froid pour aller au boulot. C’est là que l’on se dit qu’on se paierait bien une paire de gants chauffants. Mais ces petits bijoux coûtent chers, très chers. Méritent-ils que vous sautiez le pas ?

Moto Services a testé les Quatum et vous donne la réponse. Ces gants chauffants Vquattro Quantum méritent-ils d’investir 269 €, soit 2 fois le prix de bons gants d’hiver ?

Si vous roulez en deux roues toute l’année, indéniablement oui. Autrement plus classe que des manchons, incroyablement plus efficace que des poignées chauffantes, ils apportent quelque chose de magique. Vous attendriez presque qu’il fasse froid pour le plaisir de vous dire « je m’en fou ». Et je peux vous assurer que, comme un micro-ondes, on peut toujours faire sans mais il est difficile de s’en passer une fois qu’on y a goûté. Du fait de la batterie de 7,4 V fournissant juste ce qu’il faut de puissance et de courant, n’attendez pas de miracle en cas de grand froid, mais du confort toute l’année. Un confort qui rime avec sécurité.
Si vous avez zappé la Saint Valentin, sachez qu’ils existent en modèle femme : les V Quattro Chiara. Non seulement vous vous rattraperez chaudement, mais en plus, ses mains sous votre pull ne seront plus jamais froides… Malin, non ?

Gants chauffants V’Quattro Quantum, le test : excellents !

Gants chauffants V’Quattro Quantum, le test : excellents !

Moto Infos a testé aujourd’hui les gants chauffants V’Quattro Quantum, dotés d’une technologie « version 2.0 ».

« Comme nous vous l’annoncions dans une précédente news, cette V2 bénéficie de nombreux changements par rapport à la précédente (les Squadra) déjà testée ici même : mise en température immédiate, meilleure autonomie, système de chauffe plus performant… Premier bilan par un froid polaire.

Le premier but du test de ces gants chauffants V’Quattro Quantum Smartheat est bien évidemment de vérifier l’efficacité en termes de chaleur perçue. Quelle meilleure occasion pour cela qu’une présentation officielle d’un SSV, le CFMoto Tracker 800, dans la plus haute station des Alpes et d’Europe, Val Thorens ? En plein mois de janvier, il y fait – 15 à – 20 degrés, faut au moins ça ! Au regard du tarif, il est légitime de se montrer exigeant sur les performances techniques, les matériaux utilisés et leur assemblage. Ne tournons pas autour du pot, les Quantum excellent dans toutes les disciplines citées et peuvent largement dépasser le cadre de l’usage urbain auquel leur fabricant les destine.

Imperceptible

Cuir sur toute la paume pour l’intérieur de la main, doublé au niveau de la prise du guidon, renfort V-Slide sur le côté extérieur, renfort cuir recouvrant une partie du petit doigt, renfort avec gel absorbant antivibrations (V4-gel Pad) à la base du pouce, coque rigide pour la protection des phalanges et dessus de la main réalisé en tissu Softshell… Rien à dire, matériaux et finition sont impeccables.

La doublure intérieure, façon polaire, bénéficie de la membrane Primaloft afin de conserver la chaleur et couper du vent. La membrane V-Rain assure, elle, l’étanchéité et l’évacuation de la transpiration, mais c’est bien sûr la nouvelle membrane chauffante « SmartHeat » qui nous intéresse aujourd’hui. Elle utilise des filaments microfibres (nanotechnologie) fins et flexibles qui peuvent êtres directement encapsulés dans la doublure et recouvrir ainsi l’intégralité du dessus de la main. A l’usage, et contrairement à un réseau de fils électriques, cette membrane est imperceptible.

Meilleure autonomie

Le Quantum s’ôte et s’enfile très facilement sans que la doublure ne bouge. Le confort est immédiat et bien douillet. Pour être vraiment très critique, seules les coutures de la doublure à l’extrémité des doigts peuvent occasionner une minuscule gêne. La sensibilité au toucher est très satisfaisante et le gant est souple et léger à porter : 165 grammes sans la batterie, le Quantum n’étant pas uniquement destiné aux conditions de froid extrême.

Ajoutez 80 grammes une fois la batterie de 7,4 volts installée dans la partie inférieure (et non supérieure) de la manchette, batterie à peine sensible et en tous cas jamais gênante. Le compartiment matelassé dédié à son logement y est pour beaucoup.

Pour allumer, il suffit d’appuyer 2 à 3 secondes sur le logo V4 qui sert d’interrupteur et s’illumine en rouge, ce qui provoque nombre de questions de la part des gens que vous croisez. Le système démarre par défaut au maximum de sa puissance. De brèves pressions sur ce même « logo-rupteur » permettent de moduler la température sur trois niveaux (38,5 °, 46,5 °et 55 °C), et modifient la couleur du logo en fonction (voir graphique dans la galerie ci-contre).

La batterie, type Lithium-Polymère, promet une autonomie de 2h30 à une température de 55 °C lorsqu’elle est chargée à 100 %, et près de 3h15 à 38,5 °C lorsqu’il lui reste 60 % d’énergie. L’expérience va montrer que l’on peut tenir la distance sur une bonne partie de la journée.

Chauffe immédiate

Plus besoin de préchauffer comme sur le modèle Squadra, la chaleur est sensible dès 4 à 5 secondes après la mise sous tension du système, et se diffuse sur la totalité de la surface dédiée. Par – 20 degrés, l’effet est saisissant, mais aussi et surtout très agréable. Après seulement deux ou trois minutes, la température est régulée et nous avons bien chaud aux mimines. Quelle efficacité ! À tel point qu’on peut vite basculer sur la température la moins élevée et même, à certain moments moins froids de la journée (- 15, – 10 degrés, quand même), arrêter momentanément le système.

Du coup, on économise les batteries. Utilisé en permanence, le système procure l’autonomie correspondante à chaque température sélectionnée. Pour un trajet boulot-dodo quotidien d’une demi-heure, deux recharges par semaine devraient donc constituer un grand maximum. Pour un long trajet au cœur de l’hiver sibérien, rien ne vous empêche de vous procurer un pack de batteries en supplément de celles fournies d’origine.

Ce premier test a été est réalisé dans l’air froid et sec qui règne en altitude, mais après une partie de boules de neige (que ces gants chauffants faisaient fondre !), l’étanchéité a donc pu être « prétestée ». Et approuvée. Nous n’avons pas encore eu l’occasion de les essayer façon douche chaude ET froide comme lors de la présentation de la Kawasaki Z 800, mais nous ne manquerons pas de venir compléter ce test dès que l’occasion se présentera.

Évaluation :
– Protection : 9/10
– Confort : 10/10
– Étanchéité : 10/10
– Chaleur : 10/10
– Poids : 9/10